Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Action

7 Janvier 2015, 10:31 Citations etc

Ne fais rien que tu n’aies réellement envie de faire. Si ta conscience te retient, si elle brouille la pureté de ton désir, si elle te donne des sentiments contradictoires, ne le fais pas.
*

- Je n'ai rien fait aujourd'hui, rien accompli. - Quel fol, n’avez-vous pas vécu ? C’est non seulement la plus illustre, mais la plus mémorable des occupations.
Montaigne (1533-1592)

Ce qui ne se passe pas est pour le mieux.
Proverbe moujik.

Si tu veux laisser une trace de ton passage, fais en sorte qu’elle soit irisée.
Proverbe sénégalais.

À bien y regarder, l’essentiel de la vie s’écoule à mal faire, une bonne partie à ne rien faire, toute la vie à faire autre chose que ce qu’il faudrait faire.
Sénèque (- 4, + 65 av. J.-C.), Lettres à Lucilius, 30 XI 0063.

Pour aller où tu ne sais pas, tu dois prendre le chemin que tu ne connais pas.
Saint Jean de la Croix (1542-1591).

Un homme ne va jamais plus loin que lorsqu’il ignore où il va.
Cromwell (1599-1658)

Les hommes n’ayant pu guérir la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés pour se rendre heureux de n’y point penser. J’ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre.
Pascal (1623-1662).

Il faut en France beaucoup de fermeté et une grande étendue d’esprit pour se passer des charges et des emplois, et consentir à demeurer chez soi à ne rien faire. Personne presque n’a assez de mérite pour jouer ce rôle avec dignité, ni assez de fond pour remplir le vide du temps, sans ce que le vulgaire appelle des affaires.
La Bruyère (1645-1696).

Il ne manque à l’oisiveté du sage qu’un meilleur nom ; et que méditer, parler, lire et être tranquille s’appelât travailler.
La Bruyère (1645-1696)

Lorsqu’une bonne chose a des inconvénients, il vaut mieux se débarrasser des inconvénients que de la chose.
Montesquieu (1689-1755).

Lorsque j’arrache une herbe, j’ébranle le monde dans ses fondements.
Proverbe tibétain.

Assieds-toi en silence, ne fais rien. Le printemps vient, et l’herbe pousse toute seule.
Zenni Kushu, cité par Henri Brunel en exergue de « Les plus beaux contes zen ».

Dans l’inaction
Elle a vécu, l’holothurie,
Dix-huit mille ans.

Shiki, Haïku, (1866-1902)

Qui ne veut rien faire trouve une excuse, et qui veut faire quelque chose trouve un moyen.
*

Sur toute chose la neige a posé une nappe de silence. On n’entend que ce qui se passe à l’intérieur de la maison. Je m’enveloppe dans une couverture et je ne pense même pas à penser. J’éprouve une jouissance animale et vaguement je pense, et je m’endors sans moins d’utilité que toutes les actions du monde.
Fernando Pessoa (1888-1935) Le gardeur de troupeaux.

À quoi sert-il d'écrire un poème, d'achever un blessé, de bâtir une cabane ? À écrire un poème, achever un blessé, bâtir une cabane.
Louis Scutenaire Mes inscriptions (1943-1944)

Dans un monde voué à la distraction, le silence et la tranquillité nous terrifient. Nous nous en préservons par le bruit et une activité effrénée.
Sogyal Rinpoché, Le Livre tibétain de la vie et de la mort (1992)

On a l’impression qu’au fond les hommes ne savent pas très bien ce qu’ils font. Ils bâtissent avec des pierres et ils ne voient pas que chacun de leurs gestes pour poser la pierre dans le mortier est accompagné d’une ombre de geste qui pose une ombre de pierre dans l’ombre du mortier. Et c’est la bâtisse d’ombre qui compte.
Jean Giono (1895-1970), Que ma joie demeure.

Mais si on choisit de monter, on ne peut plus rien laisser rouler. Il faut pousser, au contraire.
Jean Giono (1895-1970), Essai sur le caractère des personnages.

Le suprême degré de la sagesse est d’avoir des rêves assez élevés pour ne pas les perdre de vue pendant qu’on les poursuit.
William Faulkner (1897-1962), Sartoris.

Retirer tous les siècles un grain de sable à la plage, ou l’y rajouter.
Jorge-Luis Borges (1899-1986), Fictions, La loterie de Babylone.

Si parfois nous n’acceptions pas de nous perdre, nous serions perdus.
René Char (1907-1988).

Le désaccord entre la croyance et les actes est la racine d’une foule de maux de notre civilisation ; c’est la faiblesse de toutes les Églises, de tous les États, de tous les partis et de tous les individus. Cela donne aux institutions et aux gens une physionomie incohérente.
Louis Fischer, La vie du Mahatma Gandhi (1952)

Ce que nous faisons est à peine une goutte d’eau dans l’océan, mais si nous ne le faisions pas, notre goutte d’eau manquerait à l’océan.
Mère Térésa (1910-1997)

Le grotesque de nos agissements, le dérisoire de nos gestes ne se mesurent jamais au moment où ils ont cours, sinon nous n’agirions pas, et notre vie ne serait qu’immobilisme.
Philippe Labro, 15 ans (1993)

Sonia disait toujours le contraire de ce qu’elle faisait
Sonia faisait toujours le contraire de ce qu’elle voulait
Sonia voulait toujours le contraire de ce qu’elle désirait
Sonia désirait toujours le contraire de ce qu’elle aimait
Mais Sonia disait, faisait, voulait, désirait et aimait.
Françoise Parturier (romancière française, 1919-1995)

Au repos, mon cœur bat environ 180.000 fois et charrie 8.600 litres de sang par jour, soit 15 tonnes. Et j’ai besoin de 12.000 litres d’air (…) À chaque éjaculation, 180 millions de spermatozoïdes sont expulsés. Tandis que je crois poser un regard tranquille sur le monde, mes cils battent 11.500 fois par jour.
Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur, 1998

Etre efficace, en Chine, ne consiste pas à imposer sa volonté aux choses mais à épouser leur propension, à se glisser dans leurs cours continu, oscillant et fluide. L'essentiel n'est plus le projet et sa mise en œuvre, mais le discernement du moment propice, l'utilisation « passive » des processus inéluctables dont le déroulement fait le monde.
Roger-Pol Droit, La Compagnie des Philosophes (1998)

Nous sommes simplement « invités » sur cette terre, et nous devons penser à la laisser, en la quittant, plus propre, plus intéressante, plus spirituellement valable.
D’après Georges Steiner, philosophe américain né en 1929.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.
Sénèque (v. 4 av. J.-C. -65 apr. J.-C.)

Si, dans tout ce que tu veux faire, tu commences par te demander : « Est-il sûr que je veuille le faire un nombre infini de fois ? » ce sera pour toi le centre de gravité le plus solide.
Gilles Deleuze, Nietzsche et la philosophie, 1965

Elle s’engageait dans des entreprises colossales. Une façon de conserver l’ivresse d’entreprendre et de reporter à l’infini l’amertume de ne rien achever.
Marc Dugain, Campagne anglaise (2000)

Des êtres prennent, durant toute leur vie, leur élan et meurent sans avoir sauté.
Pierre Hebey, Le goût de l’inactuel, 2. (2001)

Les barrages les plus insurmontables que l’on rencontre sur sa route, ce sont ceux que l’on a construit soi-même.
Douglas Kennedy, Les charmes discrets de la vie conjugale, 2005

Une personne ne peut pas changer le monde, mais vous pouvez changer le monde pour une personne.
*

 

 

Citations-etc,-couv Extrait de "Citations etc"
[ Plus de 30 ans de lecture, et autant de petits bijoux d'écriture collectionnés jalousement. Mais à partager aussi. Cliquez ici pour commander ce recueil, ou d'autres publications d'Yves Desvaux Veeska]

commentaires

Haut de page