Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Artiste anonyme, sa vie, son œuvre

13 Mai 2011, 07:33 Manuel de Survie pour l'Artiste

Fondation Veeska : un artiste doit-il se faire un nom

Fondation Veeska : un artiste doit-il se faire un nom

Un artiste doit-il forcément se faire un nom ?

 

Que l’on soit un peintre sur vrai toile avec de la vraie peinture ; ou un conceptuel pur et dur défendant les avantages acquis du Duchampisme ; ou un prétendant à jouer dans la cour des grands, ceux pour qui l’art c’est aussi les dollars… Dans tous les cas, petits et grands, chacun cherche à se faire un nom. Pour subsister tant bien que mal ; pour la gloire et la fortune. Ou pour vivre en faisant ce qu’on a envie de faire tout simplement.

 

Chacun veut se faire un nom ? Pas tout à fait. Il est possible qu’il existe des artistes qui créent pour créer, pas pour vendre, et même pas pour se faire connaître ou reconnaître. Des artistes qui créent comme on se nourrit pour ne pas mourir.

 

Ça ne veut pas dire que chercher à vendre sa peinture, c’est dégoûtant. Mais on peut supposer que des gens créent comme d’autres méditent ou prient, et ne cherchent pas plus à se faire un nom ou vendre leur œuvres qu’un mystique ne met ses méditations sur le marché.

 

Et moi et moi et moi. Je suis un artiste. C’est moi qui l’ai fait. En 1917, Duchamp signe son fameux urinoir. En 1949, Yves Klein signe le ciel. De nombreux petits maîtres conceptuels ont signé des tas de trucs depuis. Par exemple, je lis dans Artension n°105 que Jean-Daniel Berclaz signe des points de vue. Une démarche assez poétique, par ailleurs. Justement, je rêve d’un renversement de point de vue : au lieu qu’un artiste signe quelque chose qu’il n’a pas fait, qu’il ne signe pas quelque chose qu’il a fait. Qu’il nous donne à voir une œuvre, en montrant ce courage surhumain à notre époque : le courage de se soustraire à ce désir universel d’être célèbre 15 minutes prophétisé par Warhol.

 

Le geste de Duchamp avait un sens dans son contexte : 1917, les gens raisonnables au pouvoir à cette époque envoyaient des milliers de jeunes gens à l’abattoir. La culture artistique classique qui faisait le vernis culturel de cette bonne société méritait bien cette pissotière. La bonne société d’aujourd’hui, celle des Pinault, Arnault, Gagosian, Koons, que mérite-t-elle ?

 

Déjà, elle s’arrache des reproductions de la pissotière à coups de dollars. On leur laisse. Mais le culte obsessionnel de la marchandise, de la marque, du pouvoir, qui caractérise cette « élite » de notre temps, n’est pas sans nous conditionner aussi à notre niveau. Et répéter non la forme, mais le fond du geste de Duchamp aujourd’hui, ne serait-ce pas faire de l’art gratuitement, de l’art impossible à marchandiser, de l’art sans marque, donc sans signature.

 

Curieusement, des artistes reconnus par les plus grandes institutions muséales s’attaquent déjà à une partie du problème, celui de la marchandisation : Tino Seghal (Guggenheim, New York, 2010) crée des performances pour lesquelles il refuse tout compte-rendu, ne laissant aucune trace matérielle de son action. Richard Wright (Turner Prize 2009)  réalise des peintures directement sur les murs, qu’il efface à la fin de leur exposition. Andy Goldsworthy décrit ses processus de créations et chacun peut s’en inspirer. Avant eux, « Mondrian n’accordait pas de prix au système de l’œuvre unique, et pensait qu’un tableau pouvait exister à plusieurs exemplaires » (Florence de Mèredieu, Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne, 1994.) Vous aimez Mondrian : do it yourself.

 

Ces artistes posent la question de la non marchandisation, mais ils ne la résolvent pas : car Seghal, Wright ou Goldsworthy sont devenus des marques, et sont rémunérés comme tels. Leur nom est une valeur, soumise aux fluctuations du marché. Ça n’enlève rien à l’intérêt de leur démarche, mais ils laissent encore toute la place pour une remise à plat aussi radicale que celle tentée par Duchamp : après avoir fait disparaître l’œuvre, faire disparaître l’artiste. Et réapparaître l’art.

Banksy

Banksy

Deux artistes aujourd’hui vont dans ce sens : Banksy, JR. On voit leurs œuvres partout, on ne les voit jamais. Banksy installe ses grafs percutants en Palestine aussi bien qu’à Londres ou Los Angeles, ou accroche clandestinement des tableaux de sa main dans des grands musées comme la Tate Britain. JR, quant à lui, au lieu de dupliquer des Marylin, people et autres anonymes richement solvables, photographie des femmes du peuple en Asie, en Amérique latine, en Afrique, et travaille avec elles pour exposer leur portraits en formats gigantesques collés sur les murs, les toits, les trains, conquérant ainsi du pouvoir médiatique pour celles que les pouvoirs traditionnels ignorent. (voir son film « Women are heroes »). JR s’intéresse plus aux oubliés de l’histoire qu’à lui-même.

 

Bien sûr, tout cela peut constituer une simple stratégie pour trouver son créneau marketing. « J’utilise l’art pour contester l’ordre établi, mais peut-être que j’utilise simplement la contestation pour promouvoir mes œuvres » dit Banksy. Si lui, comme JR, se dissimulent, c’est aussi une technique éprouvée pour mieux se montrer.

 

Mais la recherche de la visibilité médiatique n’a pas toujours été un passage obligé pour tout artiste. Une cathédrale est une œuvre d’art incontestable. Pourtant, elle n’est pas signée en bas à droite. Si les érudits peuvent citer quelques-uns de ses bâtisseurs, ce n’est pas leur nom qui fait la valeur de leur œuvre, mais l’œuvre elle-même.  Dans le domaine des arts premiers, beaucoup d’objets sont anonymes, sans que cela n’enlève rien à leur qualité. Pour les indiens Navajo, un seul mot, « holzo », signifie à la fois beauté et santé. Le mot « art » n’existe pas. Quand les navajos peignent, ils prient ou ils soignent : c’est cela qui compte et leurs peintures de sable sont effacées après usage, comme pour d’autres raisons les mandalas tibétains. L’art Ndebele, avant d’être propulsé sur le marché par l’exposition « Les magiciens de la Terre » en 1989, est une pratique rituelle qui se transmet de femme en femme, où les compositions créées obéissent à une logique relationnelle autant qu’esthétique. Le point commun de ces formes d’art est qu’elles s’inscrivent dans des sociétés où la dimension économique passe après les dimensions spirituelles ou simplement humaines : l’artiste œuvre pour sa foi, ou pour sa communauté, et n’éprouve pas plus le besoin de signer son œuvre qu’on ne signe une prière, un soin ou une pratique sociale. Les auteurs de ces œuvres avaient sans doute des réputations variables selon leur talent (par exemple, Esther Mahlangu dans l’art Ndebele) mais leurs créations restées ou redevenues anonymes continuent d’exister par elles-mêmes.

 

Esther Mahlangu

Esther Mahlangu

A contrario, dans l’art moderne ou contemporain, beaucoup d’œuvres peineraient à se maintenir sans le système qui les soutient : sans juger de leurs qualités expressives, plastiques, et au final artistiques, enlevez leur signature et leur certificat d’authenticité à un monochrome, un Warhol, un Basquiat, un Buren, etc, et vous fichez par terre l’économie de cet art-là. Sina Najafi, auteur de « Dix lavements pour l’art contemporain », écrivait en 2009 : « Rendre anonyme toute œuvre et critique d’art. L’art changerait de façon aussi spectaculaire que l’interdiction d’héritage changerait le monde. »

 

Il ne s’agit même pas de contester la valeur artistique de tel ou tel, mais de s’interroger sur la place du nom, de la « marque », dans cette valeur. Le critique Pierre Stercks raconte : « Robert Rauschenberg s’installa en 1986 à une sortie de métro sur la Cinquième avenue en y présentant ses gouaches au prix de 10 $ ! Il n’en vendit pas une seule, alors que, chez Sonnabend, signées, elles en valaient à l’époque 10000… »

 

Quel que soit le système, capitaliste, stalinien, tribal, ou théocratique, on trouve forcément d’authentiques créateurs. Les artistes sont une engeance difficile à éliminer de la société humaine. Mais la particularité de notre monde actuel, c’est qu’il favorise la visibilité du meilleur commercial, celui qui sait occuper le terrain médiatique, le terrain des relations d’affaire. L’artiste flamboyant aux scandales valorisants ; ou celui dont les œuvres chics et sobres intègrent parfaitement les codes du luxe. Mais l’artiste secret et patient, tourné vers l’intériorité ? L’artiste profond mais peu productif, impropre à tout business plan ?

 

Qui se sent capable d’être ou de défendre un tel artiste, capable aussi d’accepter le risque de se tromper ? Parce qu’on peut être méconnu… Et mériter de le rester. Pour authentifier la sincérité de notre relation à l’art, il faut pouvoir aimer une œuvre sans la sécurité de sa signature. Ou la créer en acceptant bravement le risque de découvrir trop tard qu’on est juste un honnête fabricant de tableau.  En effet, quelles que soient les stratégies des uns et des autres, les vrais artistes dans un siècle ne sont pas si nombreux. Un arriviste cynique peut aussi être un génie, un inconnu vertueux se révéler malheureusement médiocre. Se faire un nom ? Oui, pour gagner sa vie. Faire une œuvre ? Objectif incertain sur le plan matériel, plus encore sur le plan artistique. C’est ce qui fait le prix de l’engagement de chacun.

 

20 janvier 2011 (Article paru dans Artension n°107, mai-juin 2011)

JR

JR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

pierrot, vagabond des mots et des routes 04/06/2013 00:43

pierrot, vagabond des mots et des routes
03/06/2013 - 22:55

Votre commentaire est en attente de validation.


DANS UN CAFE PHILO

COUPLET 1

dans un café philo
pour des profs des ados
où la question était
q’est-il permis d’espérer?

moi l’vieux hippie
pas invité
j’me suis levé
et j’ai murmuré

REFRAIN

faut être prêt
à mourir pour son rêve

quitte à dormir dehors
car la vie est si brève

faut être prêt
à mourir pour son rêve

qiuitte à dormir dehors
car la vie est si brève

COUPLET 2

dans un café philo
pour des profs des ados
j’ai dit mort à la mort
par la vie privée oeuvre d’art

face à leurs profs
aux yeux sans vie
les étudiants
m’ont applaudi

COUPLET 3

dans un café philo
dans les yeux des ados
j’ai vu naître l’esquisse
d’un pays oeuvre d’art,
oeuvre d’artistes

de jeunes rêveurs équitables
des milliers de pèlerins nomades

allumant des millions de rêves
par des poignées de mains insatiables

REFRAIN FINAL

faut être prêt
à mourir pour son rêve

quitte à dormir dehors
car la vie est si brève

oui moi je dors dehors
qu’importe si j’en crève

parce que déjà
ma vie privée oeuvre d’art
s’achève

Pierrot
vagabond céleste

Pierrot est l’auteur de l’Île de l’éternité de l’instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l’un des tous premiers
chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs…

http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
http://www.reveursequitables.com
http://www.demers.qc.ca
chansons de pierrot

sur youtube
le vagabond celeste
Simon Gauthier conteur

MONSIEUR 2.7K
roman phénoménologique
http://www.reveursequitables.com, presse, monsieur 2.7k

Michel DAVID 05/09/2011 13:44


Merci pour cet article. Vous serez peut-être intéressé(s) de savoir que les éditions Sur la Banquise (ma micro-entreprise) ont sorti en janvier dernier un livre "Anonyme, sa vie, son œuvre"
justement sur ce sujet. Si vous voulez le lire, envoyez-moi votre adresse postale à éd.surlabanquise@orange.fr, je serai heureux de vous en envoyer un exemplaire gracieusement. J'inclus ci-dessous
un extrait de la 4ème de couverture.

***
Anonyme est caricaturiste, fresquiste, maquettiste, il est assembleur, rimailleur et tisseur, céramiste, enlumineur et imagier, compagnon menuisier et en plus ferronnier. (...) Il a à son actif de
nombreuses miniatures persanes et de superbes spécimens d’art étrusque. Les pygmées le connaissent comme l’auteur de peintures sur écorce, alors que les rivières tibétaines collectionnent ses
mandalas de sable. C’est lui qui le premier a eu l’idée de faire d’un os une flûte à trois trous, de haricots rouges séchés un collier, et des plumes et du bec d’un toucan une couronne
rayonnante.

Rarissimes pourtant sont les monographies sur ce créateur phénoménal qui traverse les siècles et les continents. Des documents saisissants sur sa vie et son œuvre ont été patiemment assemblés par
Collectif, auteur et historien de l’art que l’on ne présente plus. Ils sont publiés ici pour la première fois, agrémentés de révélations et témoignages bruts. Espérons que cet ouvrage permettra
enfin de repositionner arbitrairement l’inépuisable fraîcheur hétéroclite d’Anonyme, sinon son génie, au sein de la pénombre iconographique qui lui est propre.


marie louise DELIZY 01/07/2011 11:39


Vouloir se faire un nom, laisser une trace... que que de blessures narcissiques, que de chausse-trapes sur le chemin encombré de la gloire !

l'artiste , lui, qui ne peut signer ni le ciel, ni l'oiseau, essaie da transcrire, sur sa toile, tant beauté ... c'est alors qu'il est triste !


nNicole Ernest 01/07/2011 00:11


Merci beaucoup pour votre texte qui me fait du bien car il remet la création à sa vraie place. Il tombe à un bon moment pour moi.


Haut de page