Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Peinture d'icône : report du dessin sur la planche, couleurs des fonds

par Yves Desvaux Veeska 5 Septembre 2011, 15:38 Peinture d'icône - première semaine

La planche
Les icônes sont peintes sur des bois nobles, non résineux, non noueux, et locaux. Au cours de ce stage, les planches enduites avec le « lefkas » étaient fournies. La préparation de la planche, entièrement avec des matériaux naturels comme tout ce qui sert à peindre l’icône, a aussi pour but de pouvoir éventuellement détacher la surface peinte si, après quelques siècles, le bois s’est dégradé.

Le calque
Avant de reporter votre dessin sur la planche, vous  le reportez d’abord sur un calque, avec les détails, et en traçant l’auréole au compas.
Pour reporter dans un second temps le dessin du calque sur la planche, enduire le dos du calque de pigment ocre rouge soigneusement écrasé, sans en mettre de trop.
Avant de poser le calque sur la planche, chercher le bas et le haut de celle-ci autant que possible (le sens dans lequel l’arbre a poussé).
Bien le centrer le calque. Puis appuyer les contours principaux du dessin avec une pointe ronde (par exemple le pinceau côté manche).

Icone---Dessin-contours.jpgLes contours principaux
Ce n’est pas vous qui en décidez : il en existe trois.
1.    Contours extérieurs de la tête, du cou et des cheveux faisant un ensemble, sans traits internes.
2.    Contours extérieurs du manteau, de la robe et du clave.
3.    Contour de l’auréole.
Après les avoir reportés sur la planche, vous les repassez au pinceau avec 3 pointes d’ocre rouge et une pointe d’eau, sans œuf. Vous ne repassez pas l’auréole. Vous faites le cadre avec ocre jaune et eau. Puis vous incisez légèrement tous ces contours, sauf l’auréole, à la pointe du compas.

Icone-contours-couleur-legende.jpgEn 1, c’est ce qu’on appelle le proplasme (du grec avant création) C’est-à-dire tout ce qui a vie, sang, sève, tout ce qui est issu de la création de Dieu.
La couleur du proplasme se compose de 3 pointes d’ocre jaune pour une pointe de noir d’ivoire. La couleur verdâtre obtenue évoque l’argile avec lequel nous avons été façonnés. C’est ce que l’on peint en premier.

Ensuite, on peint l’auréole, puis le fond autour de l’auréole : « lumière incréée ». L’auréole et le fond sont ocre jaune, éventuellement dans 2 nuances différentes.

Après cela, on s’occupe de la couleur sur les vêtements : c’est le « ton local ». Tout ce qui est fabriqué par l’homme. Dans des icônes plus complexes, le ton local concerne les vêtements, les bâtiments, mais aussi la nourriture,  un arbre coupé, tout ce qui n’est pas vivant. Ici, on peint les vêtements dans l’ordre où ils sont revêtus : la robe, le clave, le manteau.
La robe : 3 pointes de rouge, 1 pointe de noir. Les rouges peuvent être ocre ou vermillon, purs ou combinés, au choix.
Le manteau : 3 pointes de bleu ou de vert, une pointe de noir. La répartition entre bleu et vert est aussi laissée à votre choix.

Première couche
La première couche, comme les suivantes, sera faite « à la goutte » et toujours dans le même ordre : proplasme, auréole, fond, robe, clave, manteau. Avec des couleurs très diluées (équivalent d’un gris à 5 %)

Couches suivantes
9 à 12 couches pour le proplasme et les tons locaux, parfois plus. 3 à 4 couches pour l’auréole et le fond.
Laisser sécher 24 h entre chaque couche.

Nourrissage avant chaque couche
Avant chaque nouvelle couche, passer un doigt léger sur la surface pour enlever éventuellement surplus de pigment ou pellicule de gras superficielle (visible si l’icône a un aspect brillant). Puis nourrir la surface avec un mélange eau / œuf : beaucoup d’eau et un peu d’œuf sur le dos de la main, prendre un pinceau petit gris n°18 que l’on étale en éventail pour étaler un peu de ce mélange juste avant de peindre la surface. Le nourrissage ne doit pas être trop mouillé, et sécher en quelques secondes. Nourrir couleur par couleur, et seulement la couleur que l'on va poser. Si la surface est déjà grasse, on ne nourrit qu’avec de l’eau. Le nourrissage fixe la couche précédente, et permet à la nouvelle de mieux adhérer.

(Notes de stage, vendredi 12 août 2011)

 

NOTULES TECHNIQUES
(samedi 13 août 2011) 

En cas de poussière sur la peinture fraîche, attendre le séchage pour l’enlever.

Si la surface colorée a un aspect piqueté, c’est que le séchage entre deux couches a été insuffisant, et / ou que le coup de pinceau est lui-même trop piqueté.

Ne pas mettre trop d’œuf dans la couleur. L’icône ne doit pas avoir un aspect brillant, mais seulement mat ou satiné.

Si l’icône est trop brillante, effectuer le nourrissage entre deux couches seulement à l’eau.

Pour le proplasme et les tons locaux, la couleur peut être un peu plus concentrée à partir de la 4e couche.

Le nombre des couches est atteint quand la couleur est très unie.

Entre la fin des couches de fond et la pose des lumières, attendre une semaine minimum.

Page suivante

commentaires

Haut de page