Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eve Adam - 7 - Travail et plaisir à coups de règles

par Hélène Grenier 14 Septembre 2020, 18:00 Ecriture Hélène Grenier

Entre 1963 et 1970, en France, une élève sérieuse et travailleuse comme moi peut étudier l’anglais sept années durant, dans la même école, avec différentes professeures de la 6e à la Terminale, obtenir un 14/20 au Bac, et parvenir à ce résultat incontestable : je ne sais absolument pas parler anglais. Je me souviens de ma première leçon mais, dommage, pas du nom de ma professeure. Celle-ci, une petite grosse pète-sec, rubiconde et moustachue, commence sa leçon par l’article « the ». Elle semble attacher une importance fondatrice à la prononciation de cet article « the ». Chaque élève va devoir prononcer ce simple mot, et elle va passer dans les rangs pour nous écouter chacune à notre tour. L’exercice me parait facile. La professeure, une règle à la main, commence son parcours dans la classe en nous demandant de nous tenir les doigts de la main droite joints, pour asséner dessus un coup de règle en cas de faute. La méthode me parait déplaisante mais je suis sereine. Comment ne pas arriver à prononcer un simple petit mot tout seul ? Quand vient mon tour, je prononce « the » en confiance, et ressens une vive douleur au bout des doigts. La professeure est déjà passée à la suivante. Voici le souvenir de ma première leçon d’anglais.

Note de l'éditeur : la suite peut choquer.

Je précise aussi que ces écrits d'Hélène Grenier ne sont pas son journal, comme certains lecteurs l'ont cru. Il s'agit en fait d'une fiction, la vie d'une femme dont le nom de famille est ADAM, et le prénom Eve. Mais une fiction qui selon moi, se nourrit probablement des souvenirs de cette Hélène Grenier, des années 50 aux années 10. Certains textes, comme celui ci-dessous, m'ont mis mal à l'aise. J'ai hésité à les publier, mais j'y ai senti un accent de vérité. La vérité ne suffit pas à faire de la littérature, mais c'est à chaque lecteur de se faire son opinion.

Une élève sérieuse et travailleuse, et même appliquée et docile, peut aussi être habitée par de bizarres fantasmes, non seulement bizarres mais récurrents. Quand j’avais 13 ou 14 ans…


Aux abords d’un château campagnard s’alignent des cages où sont séquestrées sur de la paille de jeunes filles de mon âge. En pyjama, sales, à la vue de toutes. Je suis l’une d’elles. Parfois on m’entrave et on fait entrer l’une d’elles dans ma cage. Tout d’abord elle se rencogne dans un coin, aussi intimidée que moi. Mais une garde moustachue, avec une règle en bois et des ordres brefs, la force à se rapprocher de moi, à se presser contre moi. Elle le fait sous la contrainte, des coups de règles lui arrachent des petits cris de douleur et la bousculent sur moi. Parfois elle change de position et le bas de son pyjama passe tout près de mes yeux, de mes lèvres, cela sent fort.


D’autres jours on ouvre ma cage, on me fait marcher à quatre pattes dehors, en laisse, sur la fraîcheur du chemin de terre. Je découvre les autres cages, avec les silhouettes des autres filles séquestrées. Certaines sont prostrées, d’autres s’agitent : des fesses s’écrasent sur les barreaux des cages, ou des seins étonnamment gros quand je suis moi-même encore toute plate.


On me pousse dans une cage où c’est une autre fille cette fois, entravée, qui est poussée contre moi. Peur, honte, plaisir, l’odeur des corps et de la paille sale se mêlent à des sensations confuses de culpabilité, d’incompréhension. Cette fois la fille ouvre la bouche et sort une langue rose qui se tend doucement, la règle de la garde qui me pousse dans les côtes me colle à elle qui lèche mon œil délicieusement. Je jouis sans comprendre ce qui m’arrive. Une terreur délicieuse me submerge, je tombe dans un coin de la cage où la fille, malgré ses chaînes, vient me couvrir, ses seins ronds, fermes et lourds qui tendent son pyjama passent sur ma figure. Ses cuisses, son ventre, son odeur m’enserrent et déjà le désir revient, et la douleur et la honte, sainte trinité sexuelle dont je suis l’esclave ici.

Je rêve aussi de vieilles dames souriantes et concupiscentes, outrageusement fardées, exhalant des effluves qui ne ressemblent pas du tout aux parfums que je connais, des femmes au corps large et enveloppant, aux seins lourds, qui me prennent sous leur aile. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page